« Hhè hhau ! Hhè hhau ! Hhè hhau ! » par Mireille qui vient de se brûler la langue

pot-820012_1280

On l’avait pourtant prévenue. Son mari lui avait bien dit de faire attention. Mais rien n’y fit. Et maintenant, il est trop tard : en goûtant sa soupe qui était bien trop chaude, Mireille s’est brûlé la langue.

Il est 18h04 ce mercredi, lorsque Mireille, une sensenruthoise de 52 ans, éteint le feu de sa cuisinière, sur lequel repose une casserole oblongue en étain griffé. Son époux Jean-Marie se trouve quelques mètres plus loin,  dans le fauteuil-relax du salon, confortablement installé face au poste de télévision qui diffuse alternativement des images d’un match de football et d’autres de Cyril Hanouna. Grâce à son oreille avisée, Jean-Marie devine que son épouse vient de couper le gaz, et remue à présent la soupe aux pois et lardons dont l’odeur envahit déjà la maisonnée. Des crépitements éclatent au creux de son pavillon affûté, témoignant du niveau d’ébullition du lourd breuvage qui tangue dans la casserole. Dont acte, Jean-Marie se redressant prononce à haute voix cet avertissement des plus pertinents: « Fais attention hein, chou, ça a l’air chaud, ne te brûle pas ! ».

Mireille aurait-elle suivi ces quelques conseils, si le vacarme de la hotte ne les avait pas étouffés? Nul ne le sait. Quelques secondes plus tard, c’est un hurlement qui fait sursauter Jean-Marie. S’en suit un enchevêtrement de voyelles et consonnes difformes qui se percutent dans l’air avec violence : « Hhè hhau ! Hhè hhau ! Hhè hhau ! ». Depuis son relax, l’homme de la maison a compris que son épouse venait de se brûler la langue. Loin de lui porter secours, il fustige son empressement, nappant son verbe d’un soupçon de condescendance que traduit l’usage de la troisième personne lorsqu’il s’écrie : « Mais qu’elle est biesse, celle-là ! ». Au-même moment, un postillon de Gilles Verdez atterrit dans la barbe d’Eric Naulleau, tandis qu’il fustige la dernière plaisanterie d’Alex Vizorek sur l’incendie de Rouen.

E.K.

RépondreTransférer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *