France-Belgique : 1 an déjà. Ce qui a changé depuis le 10 juillet 2018

E2960C9C-D7A4-479A-8F9F-8F7AAA5008E9

Il y a un an, un coup de tête de Samuel Umtit ruinait les espoirs de conquête sportive de tout un royaume. On ne s’en est pas rendu compte tout de suite, mais beaucoup de choses ont changé depuis cet instant tragique. Florilège :

Les supporters belges savent à présent que gagner un amical au Stade de France, c’est bien, mais qu’une demi finale de Coupe du Monde en Russie, c’est quand même mieux.

Les fans des Diables ont littéralement oublié leurs anciens ennemis. C’était qui déjà ce David Platt ?.

Contrairement à 2002, les Belges se sont dit « Ah si seulement on n’avait pas battu le Brésil ! »

Le « seum » a remplacé le « une fois » dans la bouche de nos amis français. Ce fut la fin tragique d’une blague qui les faisait pourtant rire depuis plus de 40 ans.

Nos amis français sont désormais capables de reconnaître le drapeau belge ; ils ne le confondent plus avec le drapeau allemand.

Avec cette accession en finale, les bleus ont pu se rendre compte que parfois, ça valait la peine de sortir du bus.

Faire semblant de marcher la couche pleine est devenu stylé outre-quiévrain.

Les chroniqueurs et autres professionnels du ballon rond français cessèrent d’expliquer les performances de l’équipe belge par la simple présence de Thierry Henry dans le staff. Bizarrement, la défaite, c’était pas de sa faute.

Les fans se sont rendus compte que Kylian Mbappe n’était pas une machine. Qu’il pouvait n’être qu’un homme tenant à peine sur ses jambes. Surtout en fin de match, et surtout quand son équipe mène au score.

Les Belges ont pu constater que contrairement à ce qu’il prétendait, Lucas Hernandez n’était pas espagnol. Les Français aussi d’ailleurs.

Lucas Hernandez lui-même a pu constater que taper dans un ballon lui procurait plus de plaisir que taper sur sa femme.

Nos amis français ont compris qu’ils pouvaient gagner un tournoi majeur sans Zidane, sans Platini et sans boules chaudes.

Les vacanciers wallons qui, excédés par les commerçants flamingants, avaient déserté la côte belge pour la côte française, sont finalement revenus sur leurs pas. Entre deux maux, toujours choisir le moindre.

Les fans belges savent désormais que rien ne peut les détruire. On a perdu une demi finale de coupe du monde contre la France… quand on survit à ça, on peut tout encaisser !

Enfin, il l’avait promis, il l’a fait : Didier Deschamps s’est fait refaire les dents.

Non, on déconne.

#seumforever

 

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *