Lucas Hernandez : « Quand j’ai vu le visage de ma femme tourner au bleu, j’ai su que je devais jouer pour l’équipe de France »

hernandez-tocard

photo : Антон Зайцев

Le footballeur Lucas Hernandez s’est dévoilé au monde entier  durant le mondial en Russie, par ses prestations sur le terrain, mais également durant les conférences de presse, où le jeune défenseur n’avait pas sa langue dans sa poche. De quoi exaspérer tous ses adversaires. Micro en main, il n’avait notamment pas hésité à chambrer les joueurs belges sur les marches du Péron de l’Élysée, en direct à la télévision.

La presse belge, entre autres, répondait en dévoilant la fresque de sa violence conjugale, qui en 2017, l’avait amené à s’expliquer devant la justice espagnole. Mais également en rappelant l’époque pas si lointaine où le champion du monde faisait la cour à l’équipe d’Espagne, clamant à tout va qu’il se sentait plus espagnol que français. Par la suite, la presse l’avait accusé d’avoir finalement choisi de défendre les couleurs de la France parce que ses problèmes avec la justice espagnole bloquaient sa sélection au sein de la Roja.

 « C’est faux ! » s’est défendu le désormais franco-français chez nos confrères d’outre-quiévrain. « Les Belges ont trop le seum, ça se voit ! J’ai choisi les bleus suite à une illumination, et non à cause de la justice ! Oui, ma dispute avec Amélia (ndlr. sa compagne) est liée à ce choix, mais simplement parce que ce soir-là, alors que j’étais occupé à l’étrangler, son visage est passé du rouge au bleu. C’est là que j’ai eu le déclic, et que j’ai compris que je devais jouer pour la France, et non pour l’Espagne ! »

Quant à l’entraîneur français Didier Deschamps, il s’est contenté de remercier la compagne d’Hernandez pour son influence. Il a demandé que l’on cesse de remettre en cause les raisons du choix de son poulain, se disant néanmoins heureux  « qu’il ne l’ait pas ensuite ébouillantée, ce qui l’aurait probablement fait changer d’avis »

A&C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *