Vacances : 5 destinations insolites où vous n’entendrez pas « Despacito » toutes les 20 minutes

island-2482200_1280Les congés payés approchent, et vous n’avez toujours pas réservé vos vacances ? Pas de panique, il reste dans le monde de nombreux endroits ensoleillés prêts à vous accueillir. Problème : cette année, où que vous partiez, vous n’échapperez pas au tube de l’été, le coriace « Despacito » du chanteur Luis Fonsi. Omniprésente en radio, en rue, dans les supermarchés, les salles d’attente et les transports en commun, voire même dans la bouche de vos amis, cette balade latine et ses cent quarante-deux diffusions quotidiennes commencent à vous insupporter. Et nous ne sommes que le douze juillet. Dont acte, à ce rythme, pas un instant vous n’imaginez pouvoir la supporter en vacances. Malheureusement, que ce soit au bar de l’hôtel, au bord de la piscine, au restaurant ou en discothèque, elle sera là, pour votre plus grand malheur. Ne craignez rien, La Fraîche Gazette va vous aider à protéger votre santé mentale, en vous proposant 5 destinations insolites où vous ne risquez pas d’entendre « Despacito ».

1. Raqqa (Syrie)

Située en plein centre de la Syrie, la ville de Raqqa propose une multitude de plaisirs vacanciers. Entre un soleil omniprésent, avec une température moyenne de 29 degrés en été,  des séances de baignade insolites dans les remous de l’Euphrate, et la découverte d’une cité marquée par un fort héritage byzantin, vous ne saurez plus où donner de la tête. Cerise sur le gâteau, Raqqa est aujourd’hui le fief de l’Etat Islamique, qui a totalement banni la musique de ses mœurs. Par conséquent, c’est l’un des seuls endroits au monde où vous n’entendez jamais « Despacito » en soirée. Hélas, à cause de la guerre qui ravage actuellement le pays, de nombreux villages de vacances ont été détruits ; par conséquent, il ne faudra pas trainer pour effectuer votre réservation.

2. Kimch’aek (Corée du nord)

A l’instar du régime islamiste terroriste, le régime Nord Coréen est connu pour être très strict sur le plan culturel. Aucune musique autre que celle produite à la gloire du Grand Leader n’est autorisée à l’importation. Cependant, aussi mince soit-il, le risque d’entendre « Despacito » dans les rues de Pyongyang existe ; par exemple, en provenance de l’iPod d’un éventuel touriste égaré. C’est pourquoi nous vous conseillons de vous rendre à Kimch’aek, une petite station balnéaire de 200,000 habitants située à 5 heures de bus de la capitale. Bordée par la mer du Japon, elle offre une température moyenne de 21 degrés durant les mois de juillet et août. A défaut de trouver un hôtel, vous aurez le plaisir de loger chez l’habitant, avec cependant le risque qu’il vous mange (risque accru en cas de famine, si vous êtes accueilli au sein d’une famille nombreuse).

3. Paris, rue Joseph Python

Située en bordure du périphérique-est de Paris, la rue Joseph Python n’a, à priori, rien d’une destination de vacances. Sauf dans le cas qui nous concerne, puisque cette rue abrite le bureau de la F.N.S.F, la Fédération Nationale des Sourds de France. C’est d’ailleurs en ce lieu que se tiendra en 2019 le 18e congrès mondial de la surdité. Au sein de ce bâtiment accueillant vous n’entendrez fort logiquement aucun son récréatif, de quelque nature qu’il soit. La seule possibilité d’entendre « Despacito » serait qu’une fenêtre soit ouverte, et qu’une voiture diffusant cette chanson passe au moment précis où vous y prêtez attention. Un tel faisceau d’hypothèses reste très peu probable, même si le risque zéro n’existe pas. Point négatif : les infrastructures de la F.N.S.F sont relativement pauvres : pas de chambre à louer, pas de piscine, et une cantine assez sommaire en guise de bar. Mais au moins, vous échappez à « Despacito« .

4. Proxima Centauri

Naine rouge de magnitude apparente 11,05, Proxima Centauri est l’une des trois étoiles qui composent la constellation du Centaure. Aussi loin de la terre, vous aurez l’assurance de ne jamais être confronté à « Despacito« . Seul hic : elle n’a de « proxima » que le nom, car elle se situe à environ 4,22 années-lumière de Bruxelles. Il vous sera dès lors difficile de vous y rendre, tant que l’homme n’aura pas trouvé le moyen d’effectuer des voyages interstellaires. En outre, la qualité des installations touristiques y est totalement inconnue, puisque personne n’a encore eu l’opportunité de les visiter.

5. Les grottes de Kalte

A l’extrême nord du Magnamund, au-delà de la banquise de Liouk, se trouvent les vastes déserts glacés de Kalte. La tranquillité règne en ces lieux, d’ailleurs ce n’est pas pour rien que Vonotar le Traître en a fait sa terre d’exil. Toutefois, séjourner en plein air est fortement déconseillé : vous risquez en effet d’être confronté aux loups maudits, bakanals, ou autres barbares des glaces, si toutefois le froid ne vous a pas encore fait perdre tous vos points d’endurance. Au sein des grottes de Kalte, vous trouverez une villégiature de choix à l’abri du vent polaire, des êtres indésirables, mais surtout : loin, très loin, de « Despacito« . Veillez toutefois à emporter suffisamment de repas, à moins de disposer de la discipline Kaï de la chasse.

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *