Drame : sa blague « Au JT de France 2, y aura pu Jadas » ne fait rire personne

pu-jadasC’est l’histoire d’une gêne dont la victime, Jean-Marie Dufour, se serait volontiers passée. Ce comptable de 42 ans aime à faire rire ses collègues de la société d’empaillage de canaris basée à Sensenruth, près de Bouillon. Mais ce jeudi, le succès ne fut pas au rendez-vous…

« Mes calembours s’inspirent généralement de l’actualité, explique-t-il. Le départ de David Pujadas du JT de France 2 me donnait une excellente opportunité, Sur le trajet, j’ai répété ma blague dans le bus, j’étais certain qu’elle fonctionnerait à merveille.« 

Sa blague ? Elle consiste simplement à dire à ses interlocuteurs : « Tiens, tu as vu, au JT de France 2, y aura pu Jadas. » Court, mais efficace. Du moins, c’est ce qu’il pense, car la journée ne va pas se dérouler comme prévu : « Je l’ai d’abord racontée à Mireille, de l’accueil. Elle n’a pas eu l’air de comprendre alors je l’ai répétée. Comme elle ne souriait toujours pas, je me suis dit qu’elle n’était probablement pas bien réveillée. » Ce premier revers n’inquiète donc pas Jean-Marie, qui ne mesure pas encore l’ampleur du couac qui l’attend. « Dans l’ascenseur, j’ai croisé Jean-Luc de la logistique, qui n’était pas au courant de l’info. Au café, Thierry n’a pas ri non plus ; il ne savait même pas de qui je parlais. Je me suis tourné vers Dylan, le stagiaire, car je sais qu’il suit l’actualité. Mais il s’est contenté de me répondre « oui j’ai vu » sans lever les yeux de ses dossiers. Je me suis répété lentement, en accentuant les syllabes, mais il ne m’a renvoyé qu’un soupir glacial.« 

Malgré ces déconvenues, Jean-Marie croit dur comme fer en sa plaisanterie. Et malheureusement pour lui, il va insister jusqu’à commettre l’irréparable : raconter sa blague à son chef de service. « Il m’a répondu que je ferais mieux de bosser plutôt que d’emmerder tout le monde avec mes conneries. J’ai tout de suite pensé qu’il n’avait pas compris, mais il ne m’a pas laissé le temps de répéter. » Aujourd’hui, Jean-Marie cherche donc un nouveau travail (« dans un bureau où on sait rigoler!« ) et a réussi à prendre son licenciement avec philosophie : « Ca me fait un point commun avec David Pujadas. Pu-Jadas. Vous avez compris ?« 

E.K.

 

Crédit photo : Coccico2345,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *