Jul serait une invention de Maître Gims pour « attirer l’attention sur plus mauvais que lui »

dogshitIl y a quatre ans, lorsque les premières chansons de Maître Gims ont retenti sur les ondes, nous nous sommes tous demandés si nous avions enfin atteint le fond du panier de la musique commerciale. Et puis, il y a quelques mois, lorsque nos oreilles, toujours plus ébahies par tant d’abomination, ont découvert les compositions du rappeur français Jul, la question fut de savoir si ce panier avait réellement un fond. De fait, la symbiose entre succès et sous-culture n’a jamais été aussi paradoxale. Jul ne souffre d’aucune parodie, il est sa propre parodie. Tel l’Obélix de la médiocrité, Jul semble être tombé dans la marmite d’autotunes (*) quand il était petit. Difficile d’estimer le niveau de ses textes, d’abord car on ne comprend pas ce qu’il dit, mais surtout parce qu’ils n’en n’ont aucun. Tout ce qu’on parvient à entendre, ce sont les fautes d’orthographe, ce qui est en soi un exploit. Quant à ses mélodies, elles sont si simples qu’elles ne peuvent avoir été sciemment composées, à l’heure où les logiciels musicaux disposant d’un menu d’autocréation fleurissent sur le marché. Nous sommes bel et bien arrivés au point où nul talent n’est plus nécessaire pour rassembler un public qui, incapable de prendre du recul, ne s’aperçoit pas que ce qu’il adore est en fait à sa propre portée créatrice.

Comment cela est-il possible ? L’explication est toute simple. Jul serait une invention de Maître Gims. Lassé d’être la risée des critiques, ce dernier aurait rassemblé sa plus mauvaise inspiration dans cet horripilant bouffon, de façon à nous expliquer que finalement, il n’était pas si mauvais. Une sorte de mise en abyme où Mr Hyde donnerait vie à sa propre créature démoniaque.

Si la synthèse se répète à l’infini, on n’est vraiment pas dans la merde …

E.K.

(*) logiciel correcteur de voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *