Facebook : convaincu de soutenir un cancéreux, il commente « Amen » sous la photo d’un militant d’extrême droite

image

Décriés par certains, les réseaux sociaux sont pourtant un lieu virtuel d’entraide et de fraternité. Pour preuve, il ne se passe pas un jour sans que ne défile une publication de soutien envers des personnes atteintes d’une grave maladie. Souvent illustrés d’une photo choc montrant le malade plongé en plein tourment, ces articles nous incitent à déposer un « like » ou un commentaire, comme une pensée envers celui qui souffre. En revanche, ceux qui ignorent sont maudits comme n’ayant « pas de coeur ».

Cet espace d’entraide fut le théâtre d’une bourde monumentale, commise dimanche dernier par Jean-Marie de Vaux-sur-Sûre. « J’ai moi-même jadis souffert d’un ongle incarné, alors j’ai pris l’habitude de toujours commenter les photos des lépreux, des leucémiques, des sidaïques ou des fans d’Indochine, nous explique cet internaute de 35 ans. Lorsque je me suis connecté, j’ai été touché par la photo d’un cancéreux aux traits trahissant la douleur permanente, rendu chauve par d’éprouvantes sessions de chimiothérapie. J’ai immédiatement pris pitié de lui et j’ai commenté « amen » pour l’accompagner de mes pensées.« 

Erreur fatale, car en vérité l’homme sur la photo se nomme Gunther Brasseur, et c’est un agent de sécurité originaire de Petit-Rechain. Or, cet homme n’est pas cancéreux, mais militant actif dans un groupuscule d’extrême droite. « A présent mes contacts me prennent pour un nazi, se plaint Jean-Marie. Fedasil m’a retiré la collecte de vêtements. J’essaye de me justifier mais nul ne veut croire que je me sois fourvoyé. » Le malheureux admet cependant que certains éléments auraient pu lui mettre la puce à l’oreille. « J’ai cru que ce pauvre homme tendait le bras vers christ afin de recevoir son salut, et que la croix sur son bras était l’oeuvre d’un mauvais tatoueur. J’ai sans doute péché par naïveté. » La prochaine fois, Jean-Marie tournera sept fois son doigt dans sa bouche avant de cliquer…

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *