Ivre, il appelle son fils « Laurent-Louis »

newborn-boy-sleeping

Avoir un enfant est la plus belle chose qui puisse arriver, dit le proverbe. La première chose sur laquelle les parents doivent s’entendre, c’est bien le prénom. Choix cornélien s’il en est, car infinies sont les propositions déclinées par le calendrier et les séries télé américaines. Et même lorsque la décision est entérinée, une petite erreur peut toujours arriver, comme pourrait en témoigner Philippe A… Cet habitant de Petit-Rechain, en région verviétoise, attendait la paternité avec énormément d’impatience. Lorsque sa femme a mis le jour à un magnifique petit garçon, il n’a pu s’empêcher de fêter l’événement en sirotant quelques boissons alcoolisées. Problème, au moment de confier le nom de son enfant aux autorités communales, il n’avait plus aucune idée du choix que son épouse et lui avaient effectué ! Hésitant entre « Laurent » et « Louis », il a finalement assemblé ces deux prénoms en un prénom composé. Ce fut le début des ennuis pour le petit Laurent-Louis A. « Sur le moment, il me semblait que c’était une bonne idée, explique Philippe avec un sanglot de regret dans la voix. J’avais complètement oublié que ce prénom s’assimilait à un ancien député indépendant, antisémite et particulièrement laid. A peine né, mon fils était déjà fiché sur les listes rouges des organismes financiers. J’ai subi des pressions de la LDJ, j’ai aussi reçu des menaces de fans de Dieudonné et de parents de victimes de pédophiles. J’ai honte, je suis un père horrible.« 

Heureusement, la loi permet de modifier le prénom de son enfant durant une certaine période. Philippe a donc pu rectifier son erreur. « Comme ça coûte plus cher de modifier un prénom composé, j’ai juste changé le premier prénom. Mon fils s’appelle finalement Emile-Louis. C’est déjà plus joli.« 

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *