Belgique – Espagne : Jean-Michel Delijn, traceur de lignes, élu Diable du match !

lignesQuel que soit le résultat, un match de l’équipe nationale belge de football donne lieu à l’élection du Diable du match par les téléspectateurs qui votent par SMS. Et, avouons-le, lors de certaines rencontres, le choix s’avère cornélien dans le mauvais dans du terme tant l’exercice consiste davantage à élire le moins mauvais joueur de l’équipe plutôt que le meilleur…

Le match d’hier, qui opposait la Belgique à l’Espagne, fait malheureusement partie de ces rencontres peu glorieuses tant la Roja a semblé supérieure aux Diables rouges. Les Belges ont en effet offert une prestation plus que médiocre et ont semblé manquer d’envie. À un point tel que l’élection du Devil of the match a réservé une grosse surprise à tous les observateurs puisque les téléspectateurs ont plébiscité Jean-Michel Delijn, l’ouvrier chargé de tracer les lignes sur la pelouse du stade Roi Baudoin. Monsieur Delijn termine devant Kévin Romuald, ramasseur de balles dans le virage de la tribune 4 et Geert Vanuitvang, chauffeur du bus des Diables.

Jean-Michel Delijn, joint par téléphone par notre équipe hier après le match, ne cachait pas son étonnement : « Je ne savais même pas que je pouvais être élu Diable du match. C’est vrai que je me suis particulièrement appliqué pour tracer les lignes. C’était le match de rentrée des Diables et on a un nouvel entraîneur, je voulais que tout soit parfait. J’avais même enfilé ma vareuse Josip Weber de 94 au lieu de mon bleu de travail. Faut dire qu’il faisait chaud cet après-midi quand j’ai tracé les lignes. Mais de là à être le meilleur Belge sur la pelouse… »

Une belle reconnaissance pour une des petites mains du stade Roi Baudoin !

 

 Walt Ever

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *