Drame : il crie « faute » plusieurs fois devant son téléviseur, mais l’arbitre ne l’entend pas

160530 TV

 

 

 

 

 

 

Crédit photo : Bruce Turner

C’est un véritable drame qui s’est joué ce samedi après-midi à Petit-Rechain, dans la banlieue de Verviers, plus précisément au 72B Avenue Plastic Bertrand, le domicile de Jean-Marie Lemmens. Fan inconditionnel des Diables Rouges, ce père de famille de 47 ans suit attentivement la rencontre de football qui oppose la Belgique à la Suisse. Il est exactement 16h12, et c’est alors qu’il remarque quelque chose d’inopportun. « Eden Hazard (NDLR. Joueur belge très connu) récupère le ballon et court vers le but, mais il est aussitôt bousculé par un défenseur. » Le footballeur belge s’écroule et reste à terre. Il semble s’être fait mal. Pourtant, l’arbitre ne siffle pas. Jean-Marie sent que quelque chose n’est pas normal, et le fait savoir. « J’ai crié « Faute ! Faute ! » plusieurs fois, mais l’arbitre n’a pas réagi. C’est comme s’il ne m’entendait pas. »

Effectivement, Jean-Marie a beau s’égosiller, l’homme en noir reste de marbre et laisse le jeu se dérouler. Pire, sur la relance, la Suisse manque d’inscrire un but. Cela n’a pas le don de calmer Jean-Marie, qui, dans son salon, redouble d’effort pour se faire remarquer. « J’ai hurlé à m’en déchirer la gorge. Ensuite j’ai bondi hors de mon canapé, en faisant des gestes amples et bruyants, comme lever les bras au ciel ou faire claquer mes mains sur mes cuisses. Mais tout ce que j’ai réussi à faire, c’est renverser ma Leffe blonde et mon bol de chips. »

Devant cette totale indifférence, Jean-Marie va prononcer des paroles qu’il regrette aujourd’hui. « J’ai adressé de virulentes insultes envers cet homme, mais aussi à l’égard de la femme qui l’a mis au monde. Je n’en suis pas fier et je tiens à m’excuser auprès de lui. Avec le recul, je conçois qu’il n’ait pas pu m’entendre, à cause de la clameur dans le stade. Je m’en veux d’avoir réagi à chaud ; j’étais dans un état de frustration intense, les mots ont dépassé mes pensées et j’espère qu’il saura me pardonner. » Un Mea Culpa très digne, et tout à l’honneur de ce brave supporter qui trépigne déjà d’impatience en attendant le prochain match de son équipe favorite.

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *