Marc Goblet répond aux étudiants : « Une deuxième session n’a jamais tué personne »

160530 FGTB

 

 

 

 

 

Crédit photo : Antonio Ponte (modifications effectuées)

La grève générale des services publics programmée ce 31 mai provoque le courroux des étudiants qui doivent passer leurs examens. Interrogé par nos confrères d’Auto-Moto, Marc Goblet avoue ne pas comprendre ces réactions d’hostilité.

« Leur comportement est le reflet de notre société individualiste. Ils sont toujours entrain de se plaindre, franchement ils ne sont pas gênés ? Parfois ils commencent à râler alors même qu’on n’a encore rien fait ! »

Le secrétaire général de la FGTB estime que les actions syndicales font partie de la société et que tous les citoyens, y compris les étudiants, doivent pouvoir y faire face.

« Pour commencer, on ne les empêche pas d’étudier. S’ils passaient plus de temps sur leurs cours pendant l’année, ils auraient tout le loisir de devoir s’organiser en dernière minute. Mais bien sûr, ça préfère guindailler, et après ça vient jouer les petits malheureux. Ah ça, pour aller à la St Torê, défiler en rue en descendant les cannettes de bière, il ne faut pas beaucoup les aider … »

Parlant d’alternatives, Marc Goblet fustige les sociétés de transport privées qui souhaitent se substituer aux transports publics les jours de grève.

« Notre action consiste à emmerder tout le monde sans exception, ces sociétés n’ont pas le droit d’intervenir. On n’empêche pas les étudiants de trouver des alternatives, mais dans ce cas précis, ils n’ont qu’à en trouver d’autres qui nous conviennent. »

Enfin, le secrétaire général de la FGTB ajoute que selon lui, la gêne occasionnée est insignifiante :

« Lorsque nous avons bloqué l’autoroute en octobre dernier, il y a eu deux morts. A ce que je sache, une deuxième session n’a jamais tué personne. »

E.K.

Comments
  1. Philippe N.
  2. Kaiser
  3. Rachel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *