« Nous ne laisserons pas Daech dicter l’agenda des citoyens à notre place », par Tony Demonté, secrétaire général adjoint de la CSC.

CSCLa Belgique vit une situation d’alerte inédite. L’inquiétude à Bruxelles est telle que ce lundi, tous les endroits publics (gares, écoles, centres commerciaux) sont fermés à la population. S’il y en a que cette situation inquète au plus haut point, ce sont bien les responsables syndicaux. Il faut bien dire que jamais personne n’avait paralysé le pays de manière aussi performante. Ce matin, le secrétaire général adjoint de la CSC Tony Demonté témoignait de toute son amertume.

« Bien sûr nous sommes dépités. En dix jours à peine, l’Etat Islamique a réussi ce que nous essayons de faire depuis plus d’un an : mettre tout le pays à l’arrêt. Nous avons bien tenté une contre-offensive ce lundi avec une grève en front commun dans le Hainaut, mais ils restent plus forts que nous en terme de blocage d’activité. Mais sachez bien que nous ne nous laisserons pas faire, et nous allons redoubler d’efforts pour retrouver notre place de bloqueurs numéro un dans ce pays. C’est à nous qu’il revient de dicter l’agenda des citoyens, et pas à Daech!« 

Un discours fort qui trouve écho en province de Liège, où le secrétaire général de la centrale FGTB de Verviers Jean-Marie Grossejatte affirmait à certains confrères que « si on nous avait laissé bloquer les autoroutes, les terroristes n’auraient jamais pu faire Molenbeek – Paris en trois heures trente.« 

E.K.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *