Des migrants portent plainte contre Fedasil après qu’on les ait forcés à regarder un match du Standard.

151008fedasil-demandeurs-d-asileCette histoire rocambolesque est survenue ce week-end à Petit-Rechain (arrondissement de Verviers), où depuis le mois d’août, le centre Fedasil local n’accueille pas moins de 250 ressortissants syriens et irakiens. Pour divertir ce petit monde, la pièce commune a été équipée d’une télévision HD et d’un décodeur Proximus TV avec un bouquet « All foot« . Ainsi, les amateurs de ballon rond peuvent visionner en direct les meilleurs matchs des championnats européens.

C’est cet élément qui est à l’origine du drame. Dimanche soir, alors que les réfugiés se réunissent pour visionner l’affiche de Premier League opposant Arsenal à Manchester United, le bénévole du centre branche malencontreusement le décodeur sur la chaîne 11+, qui diffuse le match Genk – Standard. Très vite, l’ambiance vire au pugilat devant la médiocrité du jeu proposé par l’équipe liégeoise. Les insultes pleuvent devant cette « parodie de football » (sic), un Syrien de 38 ans s’insurgeant que « même son fils de 11 ans amputé à cause d’une mine antipersonnelle se débrouillerait mieux sur un terrain« . Ne parvenant pas à remettre la main sur la télécommande, le bénévole est pris à partie par quelques fauteurs de trouble, et doit se barricader dans une armoire Kewlox. Il faut l’intervention du directeur du centre, aidé des forces de l’ordre, pour ramener le calme parmi l’assemblée. Une équipe de techniciens de Proximus est également appelée en renfort pour changer de chaîne pendant la mi-temps. Jean-Marie, le jeune bénévole, s’en sort indemme, sans que l’on sache si son geste était intentionnel. Quant à la télécommande, elle n’a pas encore été retrouvée.

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *