Tueries du Brabant : les familles des coupables veulent aussi que l’enquête s’arrête.

151005TBrPlus de trente ans après les faits, une cellule d’enquête composée de neuf policiers tente toujours d’élucider les tueries du Brabant. Afin de maintenir l’espoir, le ministre de la Justice Koen Geens souhaite étendre le délai de prescription des crimes « passibles de la réclusion à perpétuité » à 40 ans. Mais à l’instar des familles de certaines victimes, les familles des vrais tueurs du Brabant souhaitent également la fin de l’enquête. « Le risque est toujours présent, explique Josianne (*), l’épouse d’un des criminels. A chaque fois qu’on pense atteindre la prescription, la justice rallonge le délai de plusieurs années. Certes, mon mari et ses complices ont été très prudents, mais on ne sait jamais ! Les enquêteurs peuvent encore tomber sur un indice, un témoignage,.. qui les mettraient sur la bonne voie. Et Jean-Marie n’a plus ses jambes de 20 ans, il ne pourrait pas courir très loin. »

E.K.

(*) prénom d’emprunt.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *