Il fait 12,000 km pour rencontrer un ami facebook et se rend compte que finalement, c’est un con.

150924facebook2

 

Voici une histoire dont, à coup sûr, vont se délecter les fans du célèbre réseau social. Nous sommes en mars 2015. Dans son appartement situé au 2e étage de la rue Pierre Perret à Petit-Rechain, Jean-Marie se créé un profil Facebook pour développer son activité professionnelle d’artisan en tire-bouchon fantaisie. Parmi ses suggestions d’amis, il remarque un homme avec qui il n’a aucun contact en commun. Juste une passion partagée pour une marque de voiture. L’histoire aurait pu s’arrêter là si Jean-Marie n’avait pas été complètement buté.

Andreï Szartapovic, l’ami « suggéré », ne répond pas à l’invitation virtuelle envoyée par Jean-Marie. Ce dernier décide donc fort logiquement de partir à sa rencontre, car « Si Facebook pense qu’on peut être amis, je dois vérifier ». Petit bémol : Andreï vit à Vladivostok, soit à environ 12,000 kilomètres de là. Mais la volonté de Jean-Marie ne se soucie guère de ce détail. Notre compatriote entreprend un voyage par terre et mer pour rencontrer son « Russe de facebook ». Arrivé dans la ville portuaire où celui-ci réside, il écume les rues en distribuant des avis de recherche. Et lundi passé, au bout de plusieurs mois de recherche, il se présente pour frapper à sa porte. S’en suit une rencontre chaleureuse qui durera moins d’une bonne heure, au bout de laquelle Jean-Marie ne peut que déchanter : « Mais quel biesse ce type. »

En effet, contre toute attente, le réseau social s’est complètement fourvoyé sur les chances des deux hommes de devenir amis. « Pour commencer, il ne parle pas français. Comme il a le triple de mon âge, il est dur de la feuille. D’après ce que j’ai compris, il ne regarde pas TPMP et ne connait pas David Guetta. Et comble de tout, il est favorable aux réformes budgétaires du gouvernement Michel ! Comment voulez-vous que je m’entende bien avec quelqu’un comme ça ? »

Sur le long chemin du retour, Jean-Marie aura tout le temps de philosopher sur cet échec. « J’aurais quand même dû lui passer un coup de fil avant. »

 

E.K.

Comments
  1. Obélix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *