Roland Garros: grâce à Alison Van Uytvanck, les Belges réapprennent à vibrer pour un 1/4 de finale de tennis féminin.

150106AVU2Incroyable, fantastique, fabuleux… aucun qualificatif n’est assez fort pour exprimer l’émotion partagée ce lundi dans notre royaume. En remportant sa rencontre face à la Roumaine Andreea Mitu, Alison Van Uytvanck a atteint les quarts de finale du tournoi de Roland-Garros. Au-delà de la prouesse réalisée par cette jeune joueuse, il y a la satisfaction d’un pays entier qui, quatre ans après la dernière victoire d’une des siennes en grand chelem, réapprend à vibrer pour un quart de finale.

En 2007, Justine Henin propulsait la Belgique au firmament du tennis mondial en remportant son quatrième tournoi de Roland-Garros, le troisième à la suite. A cette époque, la Rochefortoise était la numéro un incontestée du tennis féminin mondial. Et si d’aventure elle connaissait un faux pas, sa compatriote Kim Clijsters prenait le relais pour permettre à notre pays de décrocher la victoire. Lorsque ces deux-là ont quitté le circuit, on s’est dit que plus jamais on ne connaîtrait une telle fierté. Qui aurait alors cru que quelques années plus tard, le Belge exulterait à nouveau devant un huitième ?

Car au bout de la route d’Alison, il n’y aura probablement ni trophée, ni médaille. Pas plus qu’il n’y aura de déception, lorsque la Branbançonne se fera logiquement sortir du tournoi par une plus forte qu’elle. Mais outre l’exploit d’être allée si loin, sa plus grande victoire sera d’avoir redonné aux Belges le goût d’un quart de finale, en greffant des larmes de joie là où résidait autrefois la simple et banale satisfaction du moindre devoir accompli. Pour ça, Alison, nous te disons : merci !

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *