Marine Le Pen récuse son père pour avoir fondé un parti d’extrême droite appelé « Front National »

nf2L’orage gronde au sein du clan Le Pen, où le patriarche Jean-Marie vient d’être éjecté. Une mise à l’écart qu’il ne doit pas à ses récentes sorties médiatiques douteuses, sur des sujets aussi sensibles que la shoah ou l’immigration, mais bien à la révélation d’un fait nouveau. Après avoir longtemps hésité à sanctionner, Marine Le Pen aurait finalement tranché en apprenant que son père avait fondé un parti d’extrême droite, clairement xénophobe et antisémite. Cette formation, appelée « Front National » aurait vu le jour dans les années 70, et serait même toujours active. Incluant des factions entières de négationnistes et autres nostalgiques du 3e Reich, elle représenterait un réel danger pour la stabilité de la république, en camouflant de noirs dessins derrière un simulacre de patriotisme.

C’est ce qu’estime Marine Le Pen, alors qu’elle prend la douloureuse décision d’excommunier son propre père. « Je l’avais toujours défendu, en mettant les médias en garde quant à l’interprétation de ses dires. Mais ce fait plus que d’autres démontre que ses dérives radicales sont bien réelles, et ne datent pas d’hier. Une telle menace n’a pas sa place dans la vie politique française, où sont prônées les valeurs de partage, d’égalité et de fraternité. »

E.K.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *