Accusé de pédophilie, il est en fait martyrisé par sa belle-fille sadique de 8 ans.

150513pdoGrâce à son courage, un pédophile présumé de 41 ans a été sauvé des griffes d’une fillette de 8 ans qui abusait de lui. L’homme avait fait part à sa nouvelle femme des assauts de la fille de cette dernière, mais elle ne l’avait pas cru. Il a alors enregistré avec son smartphone une des scènes de violences que lui faisait subir l’enfant, pour qu’un adulte le croie enfin.

Martine M., mère célibataire, rencontre Jean-Marie W. en 2010 lors d’un atelier origami. Originaire de Poisson-Moulin, dans la commune de Vaux-sur-Sûre, l’homme est très élégant et a toujours le mot pour rire. Le coup de foudre est immédiat et elle décide d’emménager chez son nouveau petit ami avec sa fille Marie-Kendra, âgée de huit ans. Mais rapidement, la fillette commet le pire sur son nouveau beau-père. Discrète et machiavélique, elle veille toujours à ce que sa mère soit absente pour lui extorquer de l’argent, sans quoi elle menace de le faire passer pour un pédophile. La gamine n’hésite pas à se montrer violente, en arrachant les poils du nez de sa victime ou en lui infligeant de douloureuses séances de « luigi ».

L’homme se confie immédiatement à sa compagne, mais celle-ci ne le croit pas. Pire, elle le soupçonne d’être lui-même un pédophile, car elle trouve sur son ordinateur des messages postés sur des forums exprimant de l’empathie pour Michelle Martin, du type « Elle a purgé sa peine, je ne vois pas pourquoi elle ne pourrait pas être libre. » – il s’agit, en réalité, de messages postés par sa propre fille dans le but de la manipuler.

Désoeuvré par le manque de confiance de sa compagne, Jean-Marie comprend que sa parole ne vaut pas grand-chose contre celle de sa belle-fille, d’autant plus à une époque où la chasse aux épouvantails fait partie de moeurs. Il sait qu’il lui reste peu de temps pour agir, avant que sa femme n’appelle les voisins pour faire justice. Ingénieux, il pense à enclencher le dictaphone de son smartphone dès le retour d’école de la fillette, au cas où. Les insultes proférées par cette dernière, ainsi que les bruits de claquements de son slip suivis de ses cris de douleur, sont clairement audibles sur l’enregistrement. Face aux évidences, la mère ne peut qu’admettre les faits. Elle est pétrie de remords, mais son compagnon accepte de lui pardonner. Quant à l’agresseuse, elle a été condamnée hier à deux semaines sans télé.

E.K.

Comments
  1. Jean-Claudie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *