Manuel Valls fâche la communauté zoophile en qualifiant Vladimir Poutine d’ « enculeur de mouches ».

280215vallsLe Premier Ministre français a son franc-parler, mais doit encore apprendre à le surveiller. A peine quelques heures après s’être attiré les foudres des professionnels de la viande, en traitant Bachar Al-Assad de boucher, Manuel Valls s’en est cette fois pris à un autre dirigeant, en la personne de Vladimir Poutine. La phrase, lancée à l’antenne d’i-tele, ne semble viser que le président russe : « Nous devons faire preuve de la plus grande fermeté face à cet enculeur de mouches. » Pourtant, les premiers à avoir réagi sont les zoophiles de France. Une réponse sous forme de communiqué officiel, diffusé par la LZF, la « Ligue Zoophile Française« , qui fait part de la colère de tous les zoophiles français : « A nouveau, force est de constater que les hommes politiques ne respectent pas les communautés, à commencer par la nôtre. Il existe bon nombre de termes pouvant exprimer la fermeté. Au-delà de l’aspect blessant de cette sortie, c’est la pire des facilités d’employer celui d’ « enculeur de mouche ». Nous vous prions de cesser, pour désigner quelqu’un que vous tenez pour un embobineur, de comparer ses activités aux nôtres, puisqu’elles n’ont rien en commun. » Voilà une nouvelle polémique dont se serait bien passé un Manuel Valls qui a passé les deux derniers mois à crier sur tous les toits qu’il ne faut pas faire d’amalgame. Parce que, comme l’a directement dit l’ancienne députée UMP Christine Boutin : « Il y a des zoophiles qui sont magnifiques. Mon mari par exemple.« 

E.K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *